Des pirates informatiques russes auraient volé des cyber-secrets de la NSA en 2015

Les pirates ont accédé aux données parce que l’ordinateur personnel d’un employé, ciblé, de la NSA utilisait le logiciel Kaspersky, rapporte le Wall Street Journal.

Selon le Wall Street Journal, des pirates informatiques soutenus par le gouvernement russe ont volé des cyber-secrets hautement classifiés en 2015 après qu’un fournisseur de la NSA ait placé les informations sur son ordinateur personnel. Les secrets volés dans le piratage comprennent des informations sur la pénétration de réseaux informatiques étrangers et la protection contre les cyberattaques. Les pirates ont pu accéder aux données parce que l’ordinateur était en cours d’exécution d’un logiciel antivirus à partir de Moscou Kaspersky Lab, a rapporté le journal.

Les informations volées lors de l’opération, considérée comme l’une des plus importantes de ces dernières années, pourrait donner au gouvernement russe des conseils sur la façon de rendre ses réseaux plus sûrs. Le vol s’est produit en 2015, mais n’a pas été découvert avant le printemps 2016, a rapporté le Journal.

La révélation vient alors que des inquiétudes accrues font état de hackers travaillant pour le gouvernement russe ayant pénétré les réseaux informatiques américains et exploité les plates-formes de médias sociaux pour s’immiscer dans les élections américaines de 2016. Les enquêteurs du gouvernement examinent actuellement si le gouvernement russe a tenté d’influencer l’électorat et si le président Donald Trump ou toute personne travaillant pour lui était sciemment impliqué. Trump a nié à maintes reprises son implication.

Le Département de la sécurité intérieure et le Bureau du directeur du renseignement national sur la sécurité électorale ont conclu que les agents de deux agences d’espionnage russes ont infiltré les ordinateurs du Comité national démocrate des mois avant les élections nationales américaines et ils ont publié des centaines de courriels des employés du parti.

Facebook a déclaré qu’il avait identifié environ 500 comptes « inauthentiques » qui ont acheté pour 100 000 $ d’annonces publicitaires ciblant des enjeux sociaux hautement politisés comme l’immigration, les armes à feu et les droits des LGBT. Les médias sociaux liés au gouvernement russe auraient également tenté d’intensifier les tensions raciales lors des élections américaines en partageant régulièrement du contenu visant à attiser l’indignation de leur auditoire, notamment des vidéos sur la violence policière contre les Afro-Américains.

La nouvelle du piratage apparaît également près d’un mois après que l’administration Trump a ordonné aux agences fédérales de retirer les produits Kaspersky Lab des ordinateurs du gouvernement suite aux préoccupations quant à l’influence du gouvernement russe sur la compagnie. Kaspersky a rejeté les allégations.

« Kaspersky Lab n’ a reçu aucune preuve de l’implication de la société dans l’incident présumé rapporté par le Wall Street Journal », a déclaré la société. « Il est malheureux que la couverture médiatique des allégations non prouvées cause du tord à notre compagnie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *