Pages Navigation Menu

Un blog d'actualités par les élèves et pour les élèves

Le brown out ou lorsqu’il n’y a rien d’intéressant dans le travail

Le brown out ou lorsqu’il n’y a rien d’intéressant dans le travail

Le milieu professionnel ne n’arrête pas de nous « gâter » avec ses plusieurs pathologies auxquelles il expose les employés. Autre que le burn out lié au surmenage causé par le travail et le bore out lié à l’ennui dans le travail, un nouveau concept vient de faire surface. Il s’agit du brown out qui fait entrer le travailleur dans une boucle de désintérêt total de ses fonctions.

A propos du brown out

Différente des autres pathologies, le brown out est une baisse de courant psychique du travailleur face à l’incompréhension de ses tâches ou une sensation de la nullité de ce qu’il fait pour l’entreprise. Cette maladie tient sa définition de l’ouvrage « The Stupidity Paradox » des deux chercheurs britannique et suédois, André Spicer et Mats Alvesson qui se sont toutefois inspirés d’une suite de recherches en anthropologie faites par l’américain David Graeber qui a averti au tour des « bullshit jobs », littéralement « boulots de merde ».

Dans leur ouvrage, les deux chercheurs s’interrogeaient sur la subtilité derrière le fait d’engager des personnes diplômées avec de très bons grades pour qu’ils mettent leur cerveau en veille et répètent des tâches absurdes. Dans le monde d’entreprise, il y a des patrons et supérieurs hiérarchiques qui osent recruter de tels profils pour qu’ils finissent derrière un ordinateur à préparer des diaporamas pleins de mensonges afin d’épater les clients.

Les profils touchés par le brown out

Quand on parle des maladies liées au cadre professionnel, tout le monde devient sujet concerné. En effet, le brown out n’épargne personne et concerne toutes les professions dans tous les secteurs d’activités. Il peut toucher le haut cadre de l’entreprise jusqu’en bas de l’échelle avec des différences dans les missions. Par exemple, le directeur peut se désintéresser de son job à cause de sa routine, tandis que le vigile devient sensible à cette pathologie également lorsqu’il ne se ressent pas productif pour la plupart du temps.

Pour prévenir contre cette maladie, les employés utilisent souvent des antidépresseurs prescrits par des médecins généralistes. La dirigeante du laboratoire pharmaceutique Lundbeck, trouve qu’il faut pousser cette industrie au bout de l’innovation pour améliorer l’offre. Depuis son siège actuel à Acteon, la dirigeante, conseille aussi à suivre les employés qui souffrent du brown out ou tout autre pathologie mentale lié au travail, par des spécialistes en thérapie psychanalytique.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services