Pages Navigation Menu

Un blog d'actualités par les élèves et pour les élèves

Cinq candidats pour la reprise de Tati

Cinq candidats pour la reprise de Tati

Avec 140 magasins, et 1754 salariés, Tati est l’une des rares entreprises qui depuis sa création en 1948 par Jules Ouaki, n’a pas cesser de se réinventer et d’évoluer. Mais face à l’émergence de nouvelles marques plus tendance Zara, H&M et Mango, et avec plus de 60 millions d’euros de perte en 2016, la situation de l’enseigne est chaotique. Après le jugement du tribunal le 04 mai dernier, de mettre Tati en redressement judiciaire et de désigner deux administrateurs judicaire et Laurent Le Guernevé, Agora distribution filiale d’ERAM, cinq offres de reprise ont été proposé.

Les offres de reprise

Jusqu’à présent seulement l’offre de Gifi a été dévoilée au public. « Foir’Fouille, Stockomani et Centrakor ainsi que Maxi Bazar, ont bien fait une offre de reprise pour Agora Distribution et nous devrions avoir une sixième offre dans le courant de la semaine prochaine », a mentionné le responsable d’Agora Distribution le 05 Mai dernier.

La foir’fouille, Stockomani, Centrakor et Maxi Bazar, des spécialistes dans la grande distribution à bas prix sont dans le coup. Ils ont proposé de récupérer 88 des 145 magasins d’Agora distribution qui regroupe Fabio Lucci, Giga store et Tati, ainsi que 1.051 salariés des 1720 du groupe.

Avec le projet d’investir 60 millions d’euros pour rénover les magasins, sans oublier la reprise du fameux magasin de Tati de Barbès, à Paris, qui emploie plus que 200 salariés.

Gifi, des idées de génie

Philippe Ginestet fondateur de Gifi, a déclaré qu’il compte exploiter sous la même marque Tati, et propose tout un plan de redressement de la marque. En effet, il a proposé la reprise de 100 magasins dont celui de Barbès, et il investira plus que 80 millions d’euros avec la reprise de 1200 salariés du groupe Agora. Mais encore, la reprise de 250 franchises affiliées au groupe à l’étranger.

Les salariés sont plutôt pour la proposition du fondateur de Gifi, puisque l’enseigne Tati restera sous la même nomination, et la majorité des salariés retrouveront leur boulot.

Toutes ces offres seront examinées de plus près par le tribunal fin mai, avec l’aide de l’administrateur judiciaire. Toutefois, le PDG n’a eu qu’une seule offre qui englobe tout le groupe, qui émane d’un fond d’investissement étranger, mais avec des conditions difficiles à satisfaire.

L’objectif de Michel Rességuier, PDG d’Agora est de préserver le maximum d’emplois. À la tête du groupe depuis moins de trois mois le PDG a annoncé « On peut imaginer des pistes de reprise, uniquement du personnel, par d’autres entreprises commerciales, qui ne sont pas forcément en concurrence avec Tati, mais complémentaires. Vous savez, une vendeuse chez Tati reste une vendeuse, pour d’autres magasins. J’ai déjà eu l’occasion de le faire sur d’autres dossiers. » 

 

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services